Fédération de Moselle

Fédération de Moselle
Accueil
 
 
 
 

AVENIR DE LA CASEMATE A DU FORT DE QUELEU : RESPONSABILITÉ PUBLIQUE NATIONALE

 Le 16 février 2007 plus de 200 personnes assistaient à un hommage public à Jean Burger à l’occasion du 100° anniversaire de sa naissance. Cette initiative organisée par les communistes messins, avait remis à jour l’urgence d’une véritable réhabilitation de la casemate A pour en faire un lieu en hommage à la Résistance en Moselle annexée. La récente polémique au conseil municipal de Metz, jeudi dernier, près de dix ans plus tard, nous démontre que beaucoup reste encore à faire.
Il faut en premier lieu rendre hommage à l’amicale du fort de Queuleu qui depuis sa création, n’a cessé de se battre pour la conservation de la mémoire des internés déportées du fort de Queuleu. Durant des dizaines d’années, ses bénévoles ont assuré la conservation du site et mais aussi la mémoire des hommes et des femmes incarcérés à la casemate A qui ont payé un lourd tribu à la lutte contre l’occupant nazi.
La polémique récente devrait permettre, en premier lieu, de préciser la responsabilité des uns et des autres dans la conservation, la gestion et le devenir du site. Il faut rappeler, en premier lieu, la responsabilité coupable des pouvoirs publics qui n’ont jamais reconnu à la casemate A le statut officiel qu’elle méritait.
Devant l’absence d’intervention publique, l’association, avec ses moyens et ses limites, a réalisé un travail important, notamment ces trois dernières années. Mais le bénévolat et l’associatif ne peuvent, en aucune façon, se substituer à la nécessaire intervention publique : L’Etat et les collectivités locales ont été très heureux de voir des bénévoles combler leurs carences. Si des difficultés, des erreurs voir des manquements apparaissent, c’est le résultat de l’abandon des pouvoirs publics. Qui accepterait que l’entretien du fort de Douaumont ou la tombe du Soldat Inconnu soit assuré par des bénévoles ? Pour la casemate A il ne peut y avoir de solution durable, conforme aux exigences scientifiques, réglementaires, environnementales, historiques et patrimoniales sans présence et intervention fortes des services publics, sans que l’Etat assume sa responsabilité publique nationale dans un partenariat durable et clairement établi avec les collectivités locales.
L’association remplit aujourd’hui des missions de service public sans délégation (de service public). Cette situation, lourde de risques et de dangers pour les uns et les autres doit cesser. Il est temps de clarifier les responsabilités. L’Etat ne peut continuer à se défausser. Il est grand temps de créer une structure publique pérenne pour assurer la gestion et l’avenir du site. La fédération de Moselle du PCF demande solennellement à l’Etat, à Monsieur Jean Marc Todeschini de permettre la création d’une structure publique comme un syndicat mixte ou un établissement public de coopération culturelle. Cette structure devrait associer l’ensemble des acteurs et en particulier les collectivités locales.
La Résistance en Moselle annexée, les internés et déportés résistants de la casemate A ont marqué de l’histoire de notre pays.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.