Fédération de Moselle

Fédération de Moselle
Accueil
 
 
 
 

8 MARS RENCONTRE AUTOUR DE L'ENGAGEMENT AU FÉMININ PLURI'ELLES

SOIREE DEBAT 8 MARS 2016
PAROLES DE MILITANTES
Marie Maréchal, Danièle Bori et moi-même Nathalie Nasienniak, toutes trois militantes au Parti
Communiste avons tenu à organiser cette soirée débat, faisant le constat qu'une fois encore le 8
mars, journée internationale des droits des femmes (et non pas journée de la femme) approchait
sans qu’une initiative ne soit mise en place au PCF en Moselle pour débattre de l’égalité
homme/femme, actualiser nos revendications et dénoncer les inégalités de genre.
Jacques Maréchal, secrétaire départemental de la Fédération Moselle a soutenu cette démarche.
Nous avons souhaité que le parti communiste réaffirme avec pugnacité son engagement pour une
politique d'égalité entre femmes et hommes, face à l’actuelle situation sociale, politique et
économique en nette régression.
On constate que le démantèlement de l’État providence conduit au recul des conquêtes et des
mesures sociales. Compresser les budgets des services publics tant au niveau national qu’au niveau
local a un effet direct sur les politiques de l'emploi, les politiques familiales, celles de la santé, de
l’éducation, de la culture et bien d'autres encore…
Quand les gouvernements font des choix libéraux de politiques d’austérité, en France et en Europe,
ils font purement et simplement le choix d’affaiblir les droits sociaux avec pour conséquence directe
et immédiate un impact sur les populations les plus fragiles. Au nombre desquelles on retrouve les
femmes, populations fragilisées, car elles subissent:
- les inégalités sociales, les discriminations: salaires inférieurs, contrats précaires et carrières
ralenties voire stoppées pour l'éducation des enfants ;
- des violences : les violences sexistes, sexuelles, conjugales ;
- parfois aussi les intégrismes religieux et culturels.
La genèse du mouvement féministe démontre qu’il est historiquement lié au mouvement ouvrier. Ce
n’est pas un hasard si la 1ère date choisie pour la journée des droits des femmes fut le 19 mars, en
commémoration de la révolution de 1848 et de la commune de Paris. Ce 19 mars 1911, 1 million de
Femmes manifestèrent en Europe en revendiquant le droit de vote, le droit au travail et l’arrêt des
discriminations sur le lieu de travail. Ce n’est pas un hasard non plus si le 8 mars 1917, ce fut une
grève des travailleuses de St Petersbourg qui marqua le début de la révolution russe.
Loin du sens outrancier que certains veulent lui conférer, Laurence COHEN sénatrice communiste
en charge, au sein du PCF, des questions relatives au féminisme et aux droits des femmes dit du
féminisme que c’est avant tout un combat contre toutes les formes de domination et l’exigence du
droit à l’égalité dans tous les domaines de la vie.
Le féminisme fait partie intégrante de l’identité communiste. Mais comment le faire vivre au mieux
des intérêts de toutes et tous dans un parti communiste rassembleur et audacieux ? Quand la société
conjugue à la fois un système de domination lié aux classes sociales mais aussi un système de
domination masculine lié au sexe, le Parti Communiste Français devrait s’affirmer comme une
organisation féministe et non-sexiste.
Pour que le féminisme soit une valeur portée au même niveau que la lutte contre le racisme,
l'antisémitisme ou l’homophobie, les communistes femmes et hommes, mais les femmes avant tout
doivent faire progresser cette question en interne. D’où la soirée débat de ce soir: paroles de
militantes. Quels sont les moteurs du militantisme au féminin, quels sont les freins ?
Toutes dans votre domaine, à des degrés divers, êtes des militantes. Nous vous invitons à livrer
votre expérience, à partager votre analyse sur le sujet pour permettre aux femmes de trouver leur
place dans le milieu militant et faire évoluer notre organisation interne en conséquence

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.