Fédération de Moselle

Fédération de Moselle
Accueil
 
 
 
 

TABLE RONDE SUR LA SÉCURITÉ SOCIALE

La Sécurité sociale : une idée d’avenir

 La table ronde du PCF Moselle a débuté par le témoignage de Robert Cantisani, président de la Caf Moselle qui a souligné le rôle important que joue cette branche de la sécurité sociale auprès des  167 000 allocataires de la Moselle dans le domaine du logement et de la famille notamment. Malgré les difficultés, la caf reste un outil au service de la solidarité. Le Président de la Caf a regretté le poids de plus en plus important de l’Etat dans la politique familiale au détriment de la démocratie sociale et de la place des organisations syndicales. Il a également regretté la mise en place de conditions de ressources pour les allocations familiales qui portent atteinte au principe d’universalité.

Bernadette Hilpert,  syndicaliste siégeant à la caisse nationale de l’assurance maladie, a souligné que les problèmes de financement de l’assurance maladie étaient d’abord liés à la politique d’austérité, au chômage et aux pressions qui pèsent sur la masse salariale. Les fraudes des assurés représentent moins de 0,05 %. Elle a rappelé que la CGT avait des propositions pour élargir les recettes en mettant à contribution les revenus financiers qui pèsent sur l’activité économique sans contribuer à la solidarité nationale.

Le Sénateur Maire de Talange Patrick Abate a rappelé  l’engagement des parlementaires communistes pour combattre pied à pied  les choix libéraux du  gouvernement concernant l’offre de soins et le financement de la protection sociale débattu prochainement au Parlement.  S’agissant de l’avenir du régime local de sécurité sociale d’Alsace Moselle, Les élus communistes soutiendront la proposition de l’intersyndicale de consolider le régime local en le protégeant de la concurrence de la complémentaire santé.

 La  discussion a montré les attaques portées contre le système de santé. La fermeture des hôpitaux de proximité contraint les usagers à faire des déplacements de plus en plus lourds, déplacements qui sont de moins en moins remboursés par l’assurance maladie. La question des fraudes a également été évoqué : ce qui touche cher à notre sécurité sociale  c’est le travail non déclaré : selon la cour des comptes le manque à gagner représente par an entre 16 et 20 milliards d'euros.  Un syndicaliste a évoqué la question des retraités : les attaques successives depuis 93 ont conduit à une baisse importante des retraites ; le taux de remplacement a diminué de 16%. De très nombreux retraités sont à nouveau confronté à la pauvreté.

Pour conclure les travaux, Jacques Maréchal, secrétaire départemental du PCF a souligné la richesse des échanges. Le modèle de protection sociale mise en place à la Libération a encore toute sa pertinence, il peut retrouver  une nouvelle jeunesse s’il est porteur de nouvelles avancées comme la gratuité totale des soins  pour faire reculer les inégalités sociales. C’est surtout  l’affaire de mobilisation citoyenne comme l’a précisé une participante.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.